ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 9/2 - 2015  - pp.69-75  - doi:10.1007/s11839-015-0519-1
TITRE
Prévenir l’épuisement professionnel par la mobilisation des ressources psychosociales : l’organisation du travail dans son rôle potentiellement bienveillant

TITLE
Preventing the Burnout Syndrome by the Involvement of Psychosocial Resources: Work Organization Can Become Benevolent

RÉSUMÉ

Travailler est un acte humain, productif et finalisé, porteur de sens et de valeurs, offrant des récompenses multiples à l’individu qui l’exerce. À ce titre, le travail revêt une dimension précieuse, structurante, digne d’intérêt et pourtant il peut aussi épuiser, rendre malade, voire tuer. Les maux du travail sont nombreux : anxiété, dépression, troubles musculosquelettiques, neurasthénie, et parmi cette liste non exhaustive, l’épuisement professionnel ou le burn-out, ultime étape du sujet consumé par le stress chronique, occupe une place particulière avec des conséquences sanitaires, socio-économiques considérables. Une véritable préoccupation sociétale qui rappelle la responsabilité de l’employeur de veiller à la santé et à la sécurité de ses collaborateurs dans le cadre de la prévention des risques professionnels : obligation de moyens et de résultats. À ce titre, la mission principale du psychologue de la santé au travail, en tant qu’acteur de la prévention, est bien d’y contribuer en se détachant de la considération exclusive des facteurs de vulnérabilité individuels — certes aggravants mais bien trop réducteurs —, pour cibler le système dans ses dysfonctionnements, ses atouts et ses ressources. Il s’agit de mettre le travail et l’individu au travail au centre des débats qui détermineront les leviers d’action, en se référant aux contraintes organisationnelles et relationnelles, notion qui renvoie plus à la nature du travail et à son organisation que celle des risques psychosociaux. Des modélisations et dispositifs innovants puisant dans ces deux dimensions seront proposés, comme autant de pistes d’actions efficaces à s’approprier pour anticiper, prévenir et traiter l’épuisement professionnel. Au-delà de la dimension réglementaire, l’institution peut alors devenir bienveillante en augmentant le pouvoir d’agir de ses propres ressources, tant sur le plan individuel que collectif.



ABSTRACT

Working is a human, productive, and finalized act with meaning and values, offering multiple rewards to the individual who exercises it. As such, the work has a valuable dimension, structuring, worthwhile and yet it also strains, sickens or even kills. The labor pains are many: anxiety, depression, musculoskeletal disorders, neurasthenia, and among this non-exhaustive list, the burnout syndrome can be seen as the final stage of the individual literally consumed by chronic stress. It has become a main issue in work organizations with considerable health and socioeconomic consequences. A true societal concern recalls the responsibility of the employer to ensure the health and safety of its employees in connection with the prevention of occupational risks: obligation of means and results. Therefore, the main mission of work, and the organization psychologist as a major actor of prevention, is to reduce and manage the psychosocial risks, by targeting the system in its dysfunctions, strengths, and resources. To reach this purpose, it is necessary to go beyond the exclusive consideration of individual vulnerability factors — certainly aggravating but too reducing. Work and individual at work have to be put in the center of working discussion that will determine the levers, with reference to the organizational and relational constraints, a concept that refers more to the nature of work and organization than psychosocial risks. Modeling and innovative devices drawing on these two dimensions will be offered as an effective action to track and anticipate, prevent, and treat the burnout syndrome. Beyond the legislation, the institution can become caring, by increasing the power to act on its human resources, managers, and employees, both individually and collectively.



AUTEUR(S)
S. PROUST

Reçu le 7 avril 2015.    Accepté le 3 mai 2015.

MOTS-CLÉS
Épuisement professionnel, Clinique du travail, Sens et qualité du travail, Risques psychosociaux, Ressources psychosociales, Qualité de vie au travail

KEYWORDS
Burnout, Clinical work, Meaning and quality of work, Psychosocial risks, Psychosocial resources, Quality of work life

BIBLIOGRAPHIE
archives-pson.revuesonline.com/revues/46/10.1007/s11839-015-0519-1.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (148 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier