ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 1/4 - 2007  - pp.252-256  - doi:10.1007/s11839-007-0054-9
TITRE
La sexualité du couple face au cancer : regards de femmes

TITLE
Sexuality as a couple when faced with cancer: female perspective

RÉSUMÉ

Dans les sociétés occidentales, la sexualité au sein d’un couple devient de plus en plus le baromètre de sa survie. Que se passe-t-il quand le cancer, élément perturbateur de l’équilibre d’une personne, de son couple et de sa famille, intervient? Comment se penser et penser l’autre dans la relation intime qui semble souder à présent les conjoints? Cherchant à établir le vécu des traitements et leur impact sur les relations familiales, deux situations ont été mises face à face, celle de femmes soignées pour un cancer gynécologique et celle de femmes dont le conjoint a un cancer de la prostate. Elles ont permis de répondre à ce questionnement en explorant les regards de ces femmes sur leur sexualité et leurs relations de couple en présence de la maladie.

Entretiens individuels ouverts ou semidirectifs réalisés suivant les méthodes anthropologiques.

30 femmes atteintes d’un cancer du col ou du corps de l’utérus, traitées en ambulatoire par curiethérapie à haut débit de dose, suivies pendant deux ans et 10 conjointes d’hommes traités pour un cancer de la prostate par radiothérapie externe. Moyenne d’âge: 58 ans.

Ce sont le traitement et la maladie qui donnent en tout premier lieu du sens pour les femmes qui sont suivies pour un cancer (type de traitement, radioactivité, peur de la rechute). Elles ne parlent de leur sexualité qu’à partir du moment où elles vont être «libérées» de tout traitement et qu’elles entrent dans l’étape de la surveillance.

Pour les conjointes d’hommes malades, la sexualité et le bien-être du conjoint sont les deux premiers «secteurs» livrés lors des entretiens.

La relation à l’autre differe: pour les malades, il faut «faire face» et tenter d’expliquer au conjoint des conséquences physiques plus ou moins comprises. Pour les femmes de malades, on observe l’adoption d’un leitmotiv rythmant la vie sexuelle: «Je suis compréhensive...»

Lorsque le corps est en souffrance, l’impact des représentations du corps sur la sexualité apparaît d’emblée, tandis que lorsque c’est le corps du partenaire qui souffre, les représentations de ce corps sont moins prégnantes que la façon d’être avec l’autre. Le corps malade, que l’on peut toucher, qu’on ne peut pas toucher, qu’on s’autorise ou qu’on autorise à toucher, et les représentations qui y sont accolées se révèlent comme un facteur de compréhension d’une nouvelle sexualité à mettre en place.

Le premier impact de la maladie lorsque le cancer touche les organes sexuels est la remise en jeu de la sexualité et donc de l’équilibre du couple. Cette remise en jeu est acceptée différemment que l’on soit la personne malade ou non; que l’on soit une femme ou un homme. Cette «valence différentielle des sexes», comme le dit Françoise Héritier, prend tout son sens dans une approache socioculturelle de la sexualité: les sociétés imprimant sur l’individu leurs façons de penser la sexualité et la relation de couple qui se dévoilent ici au travers du regard des femmes. Un travail similaire serait bien sûr à effectuer afin de contrebalancer ce dernier et d’étudier le regard des hommes en situation comparable.



ABSTRACT

In Western society, a couple’s sexuality is increasingly becoming an indicator of its survival. What is the effect then when something as disruptive as cancer affects a person’s sexual and family life? How does this affect a relationship which up to that point has been an intimate one? In an attempt to explore how treatments effect family relationships, two situations were investigated side-by-side; the first was women being treated for a gynaecological cancer and the second related to women whose partner was being treated for prostate cancer. This allowed answers to these questions to be provided by exploring the perspectives of women towards their sexuality and their relationships in light of disease.

Open or semi-guided individual interviews carried out in accordance with anthropological methods.

30 women with uterine cancer, being treated with high-dose radium therapy on an outpatient basis and monitored for two years, and 10 partners of men being treated for prostate cancer with external radiotherapy. Average age 58 years.

— For women with cancer, treatment and the disease are the primary focus (treatment type, radioactivity, fear of relapse). They only think about their sexuality when they are «free» of all treaments and when they are in the follow-up stage

— For partners of male patients, sexuality and wellbeing of the partner are the two primary «areas» raised during interviews.

The relationship to the other differs: for patients, one must «confront» and try to explain to partners the physical consequences, whereas wives of patients adopt a recurrent theme surrounding their sexual life based on an «I understand» approach...

When the body is in pain, the effect of how the body is viewed is felt immediately, whereas when it is the body of a spouse that is in pain, how the body is viewed has less significance than how one acts towards the other. The sick body, that one can touch, that one is allowed to touch, and how it is viewed is shown to be a factor of a new type of sexuality.

The primary effect when cancer affects the sexual organs is the effect on sexuality and therefore the stability of the couple. This is variously accepted depending on whether one is the patient or not; and whether one is male or female. This «differential valency of the sexes», as Françoise Héritier calls it, finds its context in a socio-cultural approach to sexuality: society impressing on the individual how sexuality and married life should be viewed, which is revealed here through the female perspective. Similar research should certainly be conducted in men in order to counterbalance this research and to evaluate the male perspective in similar situations.

Research conducted with finance provided by the Cancer League.



AUTEUR(S)
Hélène HOARAU, Anne-Lise FAVIER, Annie HUBERT

MOTS-CLÉS
Femmes, Cancer, Sexualité, Relation de couple, Anthropologie

KEYWORDS
Female, Cancer, Sexuality, Married life, Anthropology

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (107 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier