ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 2/4 - 2008  - pp.250-265  - doi:10.1007/s11839-008-0098-5
TITRE
Précarité sociale, cancer et vulnérabilité psychique, lien direct ou indirect ?

TITLE
Social precariousness, cancer and psychological vulnerability: directly or indirectly linked?

RÉSUMÉ

La relation entre la vulnérabilité psychique et le cancer semble moins établie que celle entre la précarité sociale et certains facteurs liés au cancer. La fragilité psychique a été mise en cause dans certaines addictions facteurs de risque du cancer, comme le tabagisme. Les patients qui sont en précarité sociale risquent demoins bénéficier desméthodes de dépistage, d’avoir des traitements moins efficaces et finalement que le contrôle locorégional de leur pathologie et leur taux de survie soient plus faibles que ceux qui sont observés dans la population générale.

Les personnes en précarité ne sont cependant pas opposantes, il n’y a pas de rejet systématique du système de santé, et ces personnes sont souvent très au courant des méthodes de dépistage et de leur intérêt. Quelle que soit la classe de précarité dont l’analyse a été faite, la demande de soins de la part des patients est réelle.

Les problèmes principaux sont d’ordre organisationnel et de prise en charge. Le suivi des patients n’est pas toujours possible et la notion de « projet de vie » est souvent inexistante, ne permettant pas une organisation des soins. Dans le cadre des dépistages, celui-ci fait pour la population générale n’est pas adapté à une population en marge ou exclue.

Des solutions sont possibles, mais elles engagent les structures de politique sociale et de santé mais aussi la conduite de chaque personnel de santé.



ABSTRACT

The link between psychological vulnerability and cancer is not clearly established. However, there does appear to be a link between cancer and social marginality. Psychological fragility has been shown to be associated with tobacco addiction. Socially vulnerable people are at risk of undergoing screening less frequently and being treated less efficiently. These data could explain the deficit in terms of both monitoring of their pathologies and observed survival rates, compared with those relating to the general population. Such people do not refuse treatment or screening and are often well aware of screening methods and their usefulness, and wish to be treated if they are ill.

The main problems relate to organisation and careprovision. Monitoring of such patients is not always possible and the notion of a “life-plan” is often nonexistent, thus preventing adequate management of the disease. Screening programs are not adapted for marginal and socially excluded populations. Solutions can be found but they depend on both social and health policies and the behaviour of every individual professional care-provider.



AUTEUR(S)
A. FERNANDEZ, G. NOËL

MOTS-CLÉS
Vulnérabilité psychique, Précarité sociale, Personnes âgées, Sans domicile, Prisonniers, Cancer

KEYWORDS
Psychological vulnerability, Social precariousness, Elderly, Homeless, Prisoner, Cancer

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (233 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier