ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 3/2 - 2009  - pp.118-124  - doi:10.1007/s11839-009-0129-x
TITRE
Le proche et les soignants

TITLE
Healthcare personnel and patient families

RÉSUMÉ

À l’institut Curie, un poste de psychologue a été créé en 1995 exclusivement à l’écoute du personnel. La nature même de la maladie cancéreuse et les effets qu’elle provoque, les angoisses qu’elle génère jusqu’au risque létal amplifient la difficulté d’être soignant, en particulier en raison des mécanismes projectifs (prêter à l’autre ses propres sentiments, ses schémas familiaux, voire ses idéaux). En effet, si le temps est venu d’entendre en même temps et dans un même lieu, le malade et ses proches, loin de simplifier la tâche du soignant, la multiplicité de ces sollicitations à entendre et invitations à parler peut causer chez certains soignants un véritable désarroi, signe d’un malaise qu’il est nécessaire aujourd’hui d’analyser et de prendre en compte. Si prendre soin, c’est aussi et surtout reconnaître la place de chacun — malade, proches et soignants —, ces soignants doivent aussi pouvoir bénéficier d’un temps pour parler, car, le plus souvent, les problèmes de communication sont à l’origine de la souffrance des malades, des proches mais aussi des soignants. Prendre soin de l’autre implique prendre soin de soi: le psychologue, dans le cadre de cette fonction, à l’écoute des soignants doit travailler au plus près du réel, c’est-à-dire au plus près du vécu des soignants: dans le cadre de groupe de parole dédié exclusivement aux soignants de l’institut Curie, sont abordés leurs questions, leurs émotions, leurs affects, leurs ressentis lors de prises en charge plus ou moins complexes. Nous entendons, outre la charge émotionnelle liée à la prise en charge de plus en plus lourde à l’hôpital, leur désarroi face aux familles ellesmêmes en grande souffrance, souffrance se traduisant soit par une présence jugée trop invasive, soit à l’inverse absente. L’analyse d’une histoire clinique choisie comme exemple montre ainsi combien il est nécessaire de prendre du recul pour exercer cet art « du soin », et combien il est nécessaire d’ouvrir un espace protégé aux soignants pour leur redonner la parole et tenter par ce biais de favoriser une solidarité entre eux, leur permettre de mieux s’écouter sans se juger. Car, à force d’écouter le malade et le proche, d’être pris par leurs cheminements ou désirs contradictoires, les soignants ne parviennent plus à s’écouter eux-mêmes, à s’écouter entre eux, voire même peuvent-ils retourner leurs difficultés, malaise ou fatigue sur leurs collègues, créant du même coup des tensions entre soignants, entre équipes, entre services et parfois entre institutions. La présence d’un psychologue auprès des soignants a donc essentiellement cette fonction: les inviter à réfléchir sur l’impact de tous les aspects de leur travail, à la fois pour les patients, les proches et l’ensemble des soignants.



ABSTRACT

The post of psychologist attending exclusively to Institute Curie personnel was created in 1995. The very nature of cancer and its effects, the anxiety that it causes and the risk of death, amplify the difficulties for healthcare personnel, particularly with respect to projection mechanisms (attributing one’s own feelings, family patterns, or even one’s own ideals to others). Although it is now considered best practice to listen to the patients and their relatives at the same time and in the same place, this does not simplify the task for healthcare personnel, as the multiple requests to listen and invitations to speak can be very disturbing for some members of staff, whose distress can signal a malaise that must now be analysed and taken into account. While caring is also and above all recognizing the place of everyone concerned, whether patient, relative or health worker, healthcare personnel must also be given time to talk, as communication problems can often cause unnecessary suffering for healthcare personnel as well as patients and relatives. Taking care of others also means taking care of oneself: the psychologist, in the context of this function of attending to healthcare personnel, must work as closely as possible to reality, i.e. as closely as possible to the everyday experience of healthcare personnel. In talk groups devoted exclusively to healthcare personnel at the Institute Curie, health workers can talk about their questions, emotions, affects and feelings as they deal with more or less complicated cases. Apart from the emotional burden related to the increasingly complex management of patients in hospitals, healthcare personnel also express their consternation with respect to families experiencing major suffering, which is reflected either by a presence considered to be too invasive or, on the contrary, by their absence. Analysis of a typical clinical history illustrates how healthcare personnel must keep a certain distance in order to treat the patient effectively and how it is essential to provide healthcare personnel with somewhere private where they can discuss their difficulties, thus encouraging a feeling of solidarity amongst healthcare personnel and enabling them to listen to each other more effectively without passing judgement. Because they spend so much time listening to patients and relatives and becoming involved in their various contradictory paths and desires, healthcare personnel are no longer able to listen to themselves or to each other, and they may even blame their difficulties, malaise or fatigue on their colleagues, thereby creating tension between members of staff, between teams, between departments and sometimes between institutions. The essential role of a psychologist attending to healthcare personnel is therefore to encourage them to consider the impact of all aspects of their work on patients, relatives and all healthcare staff.



AUTEUR(S)
M. RUSZNIEWSKI

MOTS-CLÉS
Psychologue auprès des soignants, Relation soignant-soigné-proche, Désarroi des soignants, Groupes de parole

KEYWORDS
Psychologist attending to healthcare personnel, Healthcare personnel-patient-relative relationship, Distress of healthcare personnel, Talk groups

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (96 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier