ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 3/2 - 2009  - pp.81-87  - doi:10.1007/s11839-009-0133-1
TITRE
Prise en charge psycho-oncologique de la jeune femme enceinte confrontée au cancer

TITLE
Psycho-oncological care for young women facing cancer and pregnancy

RÉSUMÉ

Une femme qui développe un cancer durant la grossesse doit faire face simultanément à deux événements de vie critiques: la grossesse et le cancer, deux situations qui se situent aux extrêmes opposés du continuum de la vie. Avec la grossesse, une nouvelle vie commence; avec le cancer, ce sont la fin de vie et la mort qui sont entrevues. D’un point de vue médical, plusieurs facteurs compliquent cette situation: le diagnostic est souvent émis avec retard, parce que l’attention du médecin (et celle de la mère) est centrée sur la grossesse. L’information fournie est limitée en raison d’un manque de données statistiques concernant le résultat et les effets des traitements dans ce contexte. Par ailleurs, plusieurs disciplines sont amenées à œuvrer étroitement ensemble, et la collaboration entre experts oncologues, obstétriciens, psychologues et médecins traitants, très importante, peut parfois être difficile. La prise en charge d’une femme atteinte de cancer qui, de plus, est enceinte peut également constituer un fardeau psychologique pour le personnel soignant; une attention particulière doit être accordée aux ressources personnelles ainsi qu’aux limites propres à chacun. Les enjeux pour la femme enceinte atteinte de cancer peuvent être ainsi résumés: donner la vie tout en étant engagée dans un processus au pronostic vital parfois compromis; être submergée par des émotions mais aussi dotée de ressources adaptatives souvent limitées; ressentir une responsabilité à l’égard du foetus, alors qu’elle doit également se préoccuper d’elle; être confrontée à des options thérapeutiques suboptimales, sans alternative thérapeutique idéale (par exemple entre la perte d’une interruption de grossesse et la menace de sa poursuite); ressentir une ambivalence envers la chimiothérapie (perçue comme un poison); faire face aux changements de l’image du corps, ceux liés à la grossesse mais aussi ceux liés à la maladie ou à ses traitements. Après l’accouchement, d’autres enjeux surgissent: la joie de la rencontre avec l’enfant nouveau-né est contrariée, l’allaitement parfois impossible en raison de la chimiothérapie post-partum; les autres enfants doivent être gardés durant l’administration de traitements lourds; la mère et le nouveau-né (prématuré) sont souvent deux patients pris en charge par des services de soins; le père ressentira également de l’ambivalence: de la joie pour le nouveau-né et de la tristesse pour la mère, avec une crainte constante et prédominante de perdre la mère. Dans ce contexte, la patiente et son conjoint doivent recevoir des consultations très régulières de l’obstétricien et de l’oncologue, ainsi que bénéficier du soutien d’une équipe psycho-oncologique expérimentée. Lorsque le choix de poursuivre la grossesse a été effectué, le couple doit être aidé à établir le lien avec l’enfant à naître ou qui vient de naître. Lorsque la grossesse a été interrompue, un soutien doit être fourni à la fois dans le processus du deuil et dans la poursuite des traitements. L’intégration du conjoint est particulièrement importante: le cancer menace toute la famille de séparations et de pertes. Ces menaces peuvent perturber sérieusement le cours de la vie familiale, en particulier s’il s’agit d’une première grossesse et d’un système familial se développant à peine. Idéalement, le conjoint doit pouvoir jouer un rôle dans les prises de décision, mais vit, de ce fait, une situation conflictuelle difficile à communiquer: sa femme porte un enfant en elle, et il peut ressentir un souhait fort de voir venir cet enfant; par ailleurs, il souhaite la meilleure prise en charge pour son épouse et que celle-ci survive… Enfin, les changements de rôle dans le couple peuvent être source de difficultés supplémentaires. La femme qui était, jusqu’ici, enceinte et en bonne santé est maintenant enceinte et malade, alors que son conjoint n’est pas malade et ne porte pas l’enfant. Il peut ressentir la sensation d’une responsabilité pressante, vécue qu’il peut, là encore, difficilement s’autoriser à partager.



ABSTRACT

Women who are diagnosed with cancer during pregnancy have to deal with two critical life events at the same time: pregnancy and cancer. More importantly, these two events lie at the opposite ends of the life continuum. With pregnancy a new life begins, while the word cancer is still associated for most people with the end of life and dying. From a medical standpoint there are several complicating factors in this situation: diagnosis is often delayed, because the focus of the physician (and the mother) is on pregnancy. Information giving is limited by the fact that there is still a paucity of statistical data on outcome and impact of treatment options. Also, several disciplines are forced to work together very closely and the collaboration of oncology, obstetric and psychological experts with family physicians is both very important yet sometimes challenging. The task of supporting a pregnant cancer patient can also mean a psychological burden for the caregivers and special attention needs to be paid to personal resources and as well as to each person’s individual limits. The important issues for a pregnant cancer patient are as follows: giving life and being in a life-threatening situation at the same time; experiencing overwhelming emotions while coping resources may be limited; feeling a responsibility to take care of the fetus/the child and at the same time needing to be cared for herself; choosing between treatment options that can only be second-best as there is no perfect solution (the loss incurred by terminating a pregnancy or the danger in risking its continuation); ambivalence towards chemotherapy (a poison); changes in body image caused by both the pregnancy and the effects of cancer treatment. In the post-partum period other issues arise: the joy of childbirth is hampered and breast-feeding may not be possible because of on-going chemotherapy; any other children will need minding during particularly heavy cancer treatment; both mother and child may need care, if the baby is premature; paternal ambivalence: joy about the child/sorrow about the mother, with the predominant issue being the constant fear of losing the mother. In this context, the patient and her partner need regular visits (obstetric and oncological) and psycho-oncological support from an experienced team. If the pregnancy is continued, the couple will need help in bonding with the child, both before and after the birth. If the pregnancy is terminated, the patient needs to be supported in her mourning process while at the same time helped in activating the resources needed to go through the treatment process. Integration of the partner is very important: cancer threatens the whole family with separation and loss. Such threats can seriously alter the course of family life, particularly in the case of cancer in a first pregnancy, when the family system is only just developing. Ideally, the partner will play an active part in the decision-making process, but this is a very difficult situation to be in: the woman is bearing a child that he may badly want to see born, but he also wants the best possible outcome for his partner and above all does not want her to die. This conflict is not easy to communicate. A role-change within the couple can be an additional burden. The woman, who until now was pregnant and healthy, is now pregnant and ill, while her partner is neither pregnant nor ill. He may well be feeling the pressure of such responsibility, but again, in the present situation this might not be something he feels he can talk about.



AUTEUR(S)
J. ALDER, J. BITZER, A. BRÉDART

MOTS-CLÉS
Cancer, Grossesse

KEYWORDS
Cancer, Pregnancy

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (96 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier