ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 5/1 - 2011  - pp.56-60  - doi:10.1007/s11839-011-0310-x
TITRE
Mise en place d’espaces de parole pour le soutien psychologique des personnes atteintes de cancer et leurs soignants

TITLE
Implementation of discussion spaces for the psychological support of cancer patients and their caregivers

RÉSUMÉ

Après la mise en place à Abidjan d’un centre d’écoute téléphonique destiné à soutenir et informer sur le cancer, l’association « Aidons les personnes atteintes ou affectées par le cancer » (APAAC) a noté auprès des appelants (malades, entourage et soignants) le besoin d’espaces de parole pour le soutien psychologique.

Évaluer de façon plus systématique l’intérêt de la mise en place d’espaces de parole visant le soutien psychologique des personnes atteintes ou affectées par le cancer et des soignants.

Enquête transversale réalisée à Abidjan de février à mars 2010 auprès des soignants du service de Cancérologie, des malades et de leur entourage à l’aide de questionnaires fermés.

Cent huit personnes interrogées, dont 51 malades, 36 proches et 21 soignants. L’âge moyen des malades était de 51 ans [17–78 ans], celui des proches de 41 ans [17–66] et celui des soignants de 35 ans [24–60]. Quatre-vingt-dix-huit pour cent des malades et 100 % des proches et soignants ressentaient le besoin de se retrouver en groupes de parole bien que 65 % d’entre eux disaient se sentir « suffisamment soutenus psychologiquement ». Quatre-vingt-trois enquêtés (77%) souhaitaient des rencontres mensuelles, 71%le weekend et 64 % en dehors du milieu hospitalier. Tous les malades préférant que les groupes de parole se tiennent à l’hôpital avaient plus d’un mois d’hospitalisation (p = 0,023), alors que les malades hospitalisés depuis plus d’un an et non hospitalisés souhaitaient leur déroulement hors des structures hospitalières (p = 0,036). Soixante-cinq enquêtés (60 %) préféraient que le début des activités se fasse dans un délai d’un mois maximum(après l’enquête). Soixante et onzemalades et proches (82 %) étaient favorables à des visites à domicile par des bénévoles d’accompagnement.

Bien que peu exprimée dans notre contexte, la nécessité du soutien psychologique en cancérologie est réelle. Dans la pratique, elle reste insuffisamment prise en compte. Cependant, sous forme de groupes de parole et de visites à domicile, elle pourrait répondre à un besoin crucial et participer à une prise en charge globale de qualité des personnes concernées.



ABSTRACT

Having set up inAbidjan a call center to support and to inform about cancer, the APAAC association “Let us help the persons living with cancer or affected by cancer” noted with persons who have called (patients, families and caregivers), the need of discussion spaces for psychological support. Purpose: To evaluate systematically the interest of the implementation of discussion spaces for the psychological support of patients living with cancer or persons affected by cancer and their caregivers.

Cross-investigation conducted by the association in Abidjan from February to March, 2010 with cancerology caregivers, patients and families. Closed questionnaires were used.

108 persons were questioned, including 51 patients, 36 parents and 21 caregivers. Mean age of patients was 51 years [17–78], of families 41 years [17–66] and of caregivers 35 years [24–60]. 99% of these persons, 98% of patients and 100% of families and caregivers, needed to meet in talking groups although 65% of them felt the psychological support provided was adequate. 83 persons who were investigated (77%) preferred monthly meetings, 71% week-end meetings and 64% outside the hospital meetings. All the patients who preferred talking groups at hospital were hospitalized for more than a month (p = 0.023) while persons living with cancer for more than a year and were not hospitalized preferred groups taking place outside the hospital (p = 0.036). 65 persons who were investigated (60%) preferred that activities begin within a maximum of one month after this investigation. 71 patients and families (82 %) were favourable to visits at home by accompaniment volunteers.

Although little expressed in our context, the necessity of psychological support in cancer research is real. In the practice, it remains insufficiently taken into account. However, in the form of talking groups and house visits, it could answer a crucial need and participate to a global quality care of the concerned persons.



AUTEUR(S)
J. Didi-Kouko COULIBALY, H. Aka DAGO-AKRIBI, B. OYOUA, Y. KOFFI-GNAGNE, I. ADOUBI, Y. KOUASSI, E. SEKA, A.H. SANGARÉ, K.A. ECHIMANE

Reçu le 1 décembre 2010.    Accepté le 24 janvier 2011.

MOTS-CLÉS
Cancer, Soutien psychologique, Espaces de parole, APAAC

KEYWORDS
Cancer, Psychological support, Discussion spaces, APAAC

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (89 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier