ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 7/1 - 2013  - pp.23-29  - doi:10.1007/s11839-013-0408-4
TITRE
Vivre après un cancer : un autre état de vulnérabilité ?

TITLE
Life after cancer: another state of vulnerability?

RÉSUMÉ

Les avancées diagnostiques et thérapeutiques ont permis de mieux soigner les cancers. Pour autant, au vu du risque de récidive qui demeure, on ne peut pas parler de guérison, mais plutôt de rémission, ce qui suppose une surveillance régulière. L’après-cancer, comme temps de l’aprèstraitement, est donc le temps de l’entrée dans l’incertitude. Dans ces conditions, le retour à une vie dite « normale » ne va pas de soi. Les personnes soignées ont à se forger de nouveaux repères, à (re)trouver leur place dans la société. Le temps de l’après-cancer est teinté d’ambivalence: soulagement mais également appréhension, sentiment d’abandon, peur de l’avenir. Les difficultés qui font suite à la prise en charge thérapeutique s’apparentent à un nouvel état de vulnérabilité. Cela nécessite une attention particulière à l’égard de personnes d’autant plus fragilisées qu’elles ne s’étaient pas senties malades au moment du diagnostic, comme lors de cas de cancers découverts fortuitement, en l’absence de signes cliniques, à l’occasion d’un dépistage systématique par exemple. Les professionnels de santé se sentent souvent démunis face au désarroi de ces anciens malades, tout comme leurs proches qui ne comprennent pas toujours le mal-être de celui ou celle qu’ils ont soutenu(e). Il est du devoir des soignants d’entendre cette souffrance et de la reconnaître, pour aider à l’apaiser. Penser l’après-cancer est une exigence qui doit faire l’objet d’une réflexion tout au long du parcours de soins. Or, comment anticiper ce temps de l’« après » alors même qu’il ne peut être garanti au moment de l’annonce de la maladie ? Une attention particulière a été portée, ces dernières années, à l’entrée dans la maladie, avec le dispositif d’annonce du diagnostic. Une réflexion doit aussi être menée à propos de la fin des traitements, dans un souci d’accompagnement vers la sortie de la maladie et l’entrée en rémission.



ABSTRACT

Advances in diagnostic techniques and therapies has enabled there to be better care for cancer patients. As there is always the risk of relapse, the word recovery is not used, rather the term remission, which implies regular monitoring. Post-cancer, as with time after-treatment, is therefore a time spent in uncertainty. Under these circumstances, a return to what is called a “normal” life is not really selfevident. The person has to set new goals, (re-)establish their own place in society. There is a hint of ambivalence to this post-cancer period: relief but also apprehension, the feeling of abandonment, a fear of what the future holds. It is these difficulties, that follow on from therapeutic treatment, which give rise to a new state of vulnerability. Particular attention needs to be paid to those who are more fragile, as they were not feeling ill at the time of diagnosis, in cases where, fortuitously, cancer has been discovered early, in the absence of clinical signs at a regular screening, for example. Healthcare professionals often feel helpless when faced with the concerns of past patients, as is the case for their loved ones, who do not always understand the ill-feeling felt by those they have supported. It is the duty of the carers to anticipate this suffering and recognise it, in order to help alleviate it. Thinking about life post-cancer is a requirement that should be carefully considered throughout the whole care process. But how can you plan for this “after” time, especially as it cannot be guaranteed at the time the announcement of the illness is made? Over the last few years, particular attention has been paid, at the start of the disease, with how the diagnosis is delivered. Consideration should also be given to the end of treatments, with some support on leaving the disease behind and entry into remission.



AUTEUR(S)
A. MASSON

Reçu le 16 janvier 2013.    Accepté le 28 janvier 2013.

MOTS-CLÉS
Rémission, Vulnérabilité, Risque, Temporalité, Corps

KEYWORDS
Remission, Vulnerability, Risk, Temporality, Body

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (123 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier