ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 7/2 - 2013  - pp.75-80  - doi:10.1007/s11839-013-0419-1
TITRE
Cancer: de l’engagement éthique à la responsabilité politique

TITLE
Cancer: from ethical commitment to political responsibility

RÉSUMÉ

L’attention éthique ne saurait se satisfaire aujourd’hui de considérations générales ou de résolutions académiques. Il lui faut relever d’une exigence d’engagement, quitte à opter parfois pour la dissidence et à soutenir certaines résistances nécessaires. L’histoire du cancer est peu éloquente du point de vue des valeurs éthiques qui auraient pu y être mobilisées. Cela dans un contexte où les représentations de la maladie et ses réalités tragiques sollicitaient des postures et des pratiques à bien des égards discutables. Les malades atteints du sida auront su impulser dans les années 1980 d’autres principes et imposer la figure d’une personne certes malade, mais reconnue dans sa parole, son expertise propre, ses droits et ses choix. Il convient d’identifier dans cette perspective des aspects jusqu’alors peu reconnus de l’éthique médicale et du soin. Ils concernent le suivi de la personne dans le parcours de la maladie, mais tout autant l’accès aux soins et aux traitements innovants, les nouvelles pratiques de la recherche, les enjeux les plus quotidiens de l’existence pendant et après la maladie. Il n’est certainement pas d’éthique spécifique au cancer, même si cette pathologie qui imprègne avec tant d’intensité notre conscience collective est susceptible de solliciter une réflexion plus globale qui concerne désormais tout particulièrement la maladie chronique, ses enjeux humains et sociétaux.



ABSTRACT

Today, ethical awareness is not able to comply with general considerations or academic resolutions. It must meet a commitment requirement, even sometimes leaning towards dissent and supporting certain necessary resistances. The cancer story is not particularly meaningful from an ethical values point of view that it could move on from. This, in a context where representations of the disease and its tragic realities trigger positions and practices that are questionable in many respects. In the 1980s, AIDS patients were able to promote other principles and impose the image of a person who was clearly ill, but recognized for their words, their own knowledge, their rights and their choices. With this outlook, the up until then little known aspects of medical and care ethics could be identified. These aspects concern the follow-up the person receives along the course of the disease, but are just as much about access to innovative care and treatments, new research practices and the daily issues in life during and after the disease. It is certainly not ethics specific to cancer, although this disease which penetrates our collective consciousness with such intensity is likely to trigger a more global thinking, that now specifically applies to chronic disease, its human and societal issues.



AUTEUR(S)
E. HIRSCH

Reçu le 2 mai 2013.    Accepté le 10 mai 2013.

MOTS-CLÉS
Cancer, Éthique, Droits de la personne malade, Démocratie sanitaire, Traitement, Soin, Décision, Recherche, Chronicité

KEYWORDS
Cancer, Ethics, Rights of the patient, Medical democracy, Treatment, Care, Decision, Research, Chronicity

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (114 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier