ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 7/4 - 2013  - pp.210-216  - doi:10.1007/s11839-013-0439-x
TITRE
Une consultation mémoire en cancérologie: entre plainte et trouble...

TITLE
A memory consultation in oncology: between complaint and disorder...

RÉSUMÉ

La littérature rapporte la survenue de troubles cognitifs chez 15 à 50 % de l’ensemble des patients traités pour un cancer, mais aussi l’existence de plaintes cognitives subjectives chez 70 % d’entre eux, souvent dissociées de ces troubles objectifs. La neurotoxicité des traitements, l’effet du cancer lui-même et l’impact de l’annonce de la maladie sont identifiés aujourd’hui comme les potentiels responsables de ces troubles cognitifs. D’autres facteurs comme la détresse émotionnelle apparaissent plus impliqués dans la survenue des plaintes, qui sont associées en règle générale à une moins bonne qualité de vie des patients. C’est dans ce contexte que depuis quatre ans, la consultation mémoire de Gustave-Roussy propose aux patients présentant des plaintes cognitives un bilan étiologique et thérapeutique. L’originalité de cette consultation réside dans sa capacité à aborder, dans un même temps d’examen, les aspects neuropsychologiques, psychologiques et sociaux, pour des patients qui en dehors de ce ciblage neuropsychologique précis n’auraient probablement pas sollicité l’unité de psycho-oncologie. L’évaluation présentée ci-après rapporte l’étude descriptive de dossiers des patients (n = 108) reçus en consultation mémoire au cours d’une année civile complète. Soixante-quinze pour cent des patients sont rencontrés dans l’après-traitement. Pour 66 % d’entre eux, il n’existe pas de corrélation entre la plainte cognitive et leur performance aux tests de mémoire et d’attention. Le principal corrélat de la plainte mnésique exprimée est la présence d’un trouble émotionnel (présent chez 72 % de ces patients). Au-delà d’une évaluation quantifiée des troubles cognitifs chez ces patients, la consultation mémoire remplit un rôle diagnostique pour des troubles émotionnels non identifiés au préalable par d’autres vecteurs. Elle nous paraît aujourd’hui un complément indispensable de la prise en charge globale des patients atteints de cancer.



ABSTRACT

Previous studies have reported the presence of cognitive troubles in 15–50% of cancer patients, as well as the existence of subjective cognitive complaints (70% of these patients), often dissociated from these objective troubles. Treatments’ neurotoxicity, the effect of the cancer itself as well as the impact of disease diagnosis’ disclosure are all nowadays identified as potential factors responsible for these cognitive troubles. Other factors such as emotional distress could play a major role in the expression of these complaints, generally associated with a decreased quality of life for the patients. In this context, for the last four years, the Gustave Roussy’s memory consultation is proposing an etiological and therapeutic evaluation for patients presenting cognitive complaint. The originality of this consultation resides in its capacity to encompass neuropsychological, psychological and social aspects in a single examination program, for patients that would likely not have requested any help from the psycho-oncological unit otherwise. The evaluation presented here reports the descriptive study of the patients (N = 108) received in memory consultation during a complete calendar year. 75% of the patients were examined after completion of treatments. For 66% of the patients, there is no correlation between cognitive complaint and performance in memory or attention tests. The main correlate of the expressed cognitive complaint is the presence of an emotional disorder (72% of these patients). Beyond providing for these patients a quantitative evaluation of their cognitive disorders, the memory consultation turns out to be a valuable diagnostic tool for emotional disorders triggered by the shock of being affected by a serious disease, and often not identified beforehand by other vectors. It appears today as an essential complement to the global care of patients with cancer.



AUTEUR(S)
I. LÉGER, L. DE BATZ, S. DAUCHY

Reçu le 11 octobre 2013.    Accepté le 13 novembre 2013.

MOTS-CLÉS
Plaintes cognitives, Cognition, Chimiothérapie, Vulnérabilité, Brouillard cognitif, Détresse émotionnelle

KEYWORDS
Cognitive problems, Cognition, Chemotherapy, Vulnerability, Chemofog, Emotional distress

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (178 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier