ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Psycho-Oncologie

1778-3798
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2007 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 9/4 - 2015  - pp.277-286  - doi:10.1007/s11839-015-0542-2
TITRE
L’offre de soins psychiques en cancérologie en France aujourd’hui : résultats d’une enquête nationale

TITLE
The Current Provision Regarding Psychiatric Care in Oncology in France: the Results of a National Survey

RÉSUMÉ

La Société française de psycho-oncologie (SFPO) a réalisé, avec le soutien de l’Institut national du cancer (INCa), une évaluation nationale des possibilités de prise en charge psychologique offertes aux patients atteints de cancer, afin de décrire quantitativement et qualitativement les ressources en soin. La formation des professionnels de soins psychiques, psychologues et psychiatres, leur organisation et leurs liens multidisciplinaires ont été interrogés. Les activités d’enseignement et de recherche ont également été documentées, car elles sont parties intégrantes de la psycho-oncologie, discipline ancrée dans une cancérologie en évolution permanente et qui doit être à même de s’évaluer et de se diffuser. Sur les 1 116 questionnaires envoyés aux professionnels, 319 questionnaires exploitables ont été retournés, ce qui correspond à un taux de retour de 29 %. La majeure partie de l’échantillon est constituée de psychologues (294 psychologues pour 19 psychiatres). L’échantillon est réparti sur 235 centres et est issu pour 47 % de centres hospitaliers publics, 30 % d’hospitalisation libérale, 18 % de CLCC. Cet état des lieux permet d’offrir une vision assez complète de l’offre de soins et des conditions d’exercice de la psycho-oncologie en France à ce jour. Certains points positifs sont à souligner : le caractère le plus souvent pérenne des postes, la stabilité et l’expérience des professionnels, la structuration des équipes. D’autres résultats doivent inciter à une vigilance renforcée, voire à la structuration de critères de qualité et de bonnes pratiques. C’est le cas des recommandations pour la formation des professionnels. L’absence de formation continue chez 40 % des professionnels des établissements, l’absence encore fréquente de supervision de groupe, doit inciter les responsables à soutenir par tous moyens et notamment par une politique financière adaptée ces activités indispensables à la qualité des soins. L’intérêt pour la recherche est contredit par la proportion de professionnels formés et le peu d’activité de recherche organisée — et plus encore le faible taux de publication de cette recherche. Trouver des financements permettant de trouver du temps pour la recherche, permettrait de renforcer les ponts entre structures cliniques et structures universitaires.



ABSTRACT

In association with the National Cancer Institute (INCa), the French Society of Psychological Oncology (SFPO) has carried out a national assessment of the psychological care options offered to patients with cancer, with the aim of quantitatively and qualitatively describing the care resources available. The training of mental health professionals, psychologists and psychiatrists, their structure and their multidisciplinary links were investigated. Teaching and research activities were also documented, as they form an integral part of psycho-oncology, a discipline that is at the centre of the ever changing field of cancer research, and one that must be both assessed and discussed. Of the 1116 questionnaires sent to medical professionals, 319 utilisable questionnaires were returned, which corresponds to an overall response rate of 29%. The majority of the sample was made up of psychologists (294 psychologists and 19 psychiatrists). The sample was spread across 235 centres and included 47% from public hospital centres, 30% from private hospitals and 18% from specialist cancer treatment centres. This appraisal has provided a fairly deep insight into the care provision and working conditions in psycho-oncology in France at the current time. Some positive points were highlighted: the frequent longevity of those working in the field, the stability and the experience of professionals and the structure of teams. Other results should prompt heightened vigilance regarding the structure of quality criteria and good practice guidelines. This is the case when it comes to recommendations for the training of healthcare professionals. The absence of continuous professional development for 40% of establishment professionals, and even the frequent lack of group supervision, should prompt managers to support these vital activities for providing quality care by any means possible, and in particular through an appropriate financial policy. The benefit of research is undermined by the proportion of trained professionals and the lack of organised research activity — and moreover the low publication rate of this research. Securing funding will enable time to be allocated to research, which would strengthen the links between the clinical and university structures.



AUTEUR(S)
S. DAUCHY, F. ELLIEN, A. LESIEUR

Reçu le 5 octobre 2015.    Accepté le 2 novembre 2015.

MOTS-CLÉS
Psychologues, Psychiatres-questionnaire d’activité, Centres de Lutte contre le cancer, Formation professionnelle, Pratique de la psycho-oncologie

KEYWORDS
Psychologists, Psychiatrists, Activity questionnaire, Cancer Treatment Centres, Professional training, Psycho-oncology practice

BIBLIOGRAPHIE
archives-pson.revuesonline.com/revues/46/10.1007/s11839-015-0542-2.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (2,6 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier